1

Un design unique

Le slow jig travaille aussi bien à la remontée que lors des relâchers grâce à son design unique.

50 % des prises se font en effet lors de cette phase de relâcher !

C’est cette capacité à pêcher à la descente qui fait toute la différence ! Un peu d’ailleurs comme la pêche à la dandine. Plutôt que de récupérer sans cesse son leurre, le pêcheur passe autant de temps à faire des remontées lentes et douces qu’à effectuer de descentes contrôlées de son slow jig. Il manie donc deux fois moins qu’un pêcheur pratiquant en speed jigging. Lorsqu’on pêche toute une journée, la différence est plus qu’importante car on se fatigue ainsi beaucoup moins ! 

Beau pageot pris au printemps 2015 en slow jigging Beau pageot pris au printemps 2015 en slow jigging

3

Slow jigging

La technique

Venue tout droit du Japon, cette toute nouvelle technique de pêche révolutionnaire arrive enfin en France ! Demandant une gestuelle beaucoup plus lente que le jigging classique, elle s’en distingue également par un matériel beaucoup plus léger et une approche beaucoup plus technique. Le jigging classique est également nommé speed jigging.

Comme l’indique cette appellation, l’animation est très rapide et consiste en une récupération très énergique. Le rythme des jerks est très élevé et cette pratique s’avère éprouvante physiquement. Elle est donc réservée à des personnes suffisamment sportives et ne peut être pratiquée longtemps par bon nombre de pêcheurs. Le Slow Jigging est différent car il demande beaucoup moins d’efforts et peut être pratiqué par tous. L’animation est également beaucoup plus technique et fait appel à bien plus de sensibilité et de subtilité.

Lire la suite dans le guide technique Slow Jigging

Pageot pris au Slow jig Top Sea et canne Valley Hill Exploder Super Slide 67MLS Pageot pris au Slow jig Top Sea et canne Valley Hill Exploder Super Slide 67MLS

© Top Fishing, T: 04 42 10 93 20 - Les Terrasses du Port - 13960 Sausset-les-Pins (France) - N°Siret : 40210676900010