Le matériel pour le no-kill en mer

La pratique du no-kill se réfléchit déjà bien en amont avec le choix du matériel. Celui-ci est en effet d’une importance cruciale pour la survie du poisson que vous relâcherez.

Dernière mise à jour le mercredi 27 décembre 2017

1

Poisson pris avec un jerkbait doté d’hameçons simples avec œillets en ligne

La solution de l’hameçon simple

Avec les multiples études scientifiques ayant été réalisées pour la survie des poissons après avoir été capturé avec un leurre, il a été prouvé que ceux-ci avaient un taux de survie bien plus élevé avec un hameçon simple. De même, avec un leurre doté de deux triples, le second hameçon à souvent tendance à s’accrocher aux ouïes ou encore à l’œil du poisson, le blessant encore d’avantage. Un simple blesse bien moins le poisson et le fait donc moins saigner. Certains poissons tels que les bonites et les thons ayant tendance à perdre facilement du sang repartent ainsi beaucoup mieux. C’est également le cas pour les poissons aux gueules fragiles, tels que les bars juvéniles. 

Utiliser une tête plombée qui possède naturellement un hameçon simple est donc parfait pour une relâche propre du poisson. Néanmoins, dans le cas des poissons nageurs normalement dotés de triples, il est désormais possible de les équiper d’hameçons simples spécifiques. Ceux-ci possèdent en effet un œillet en ligne afin qu’une fois installé sur l’anneau brisé, la pointe se retrouve dans l’alignement du leurre. Notez d’ailleurs que ce type d’hameçons peut également équiper les jigs en queue. Ces derniers pourront également être dotés d’un assist hook en tête ou en position arrière qui apportera les mêmes avantages.

Pratique :

Retrouvez un article complet sur l’armement de vos leurres avec des hameçons simples dans cette actualité : Armez vos leurres avec des hameçons simples.

Un simple monté sur un poisson nageur abime moins les juvéniles Un simple monté sur un poisson nageur abime moins les juvéniles Poisson pris avec un jerkbait doté d’'hameçons simples avec œillets en ligne Poisson pris avec un jerkbait doté d’'hameçons simples avec œillets en ligne

2

L’épuisette

En bateau et même du bord, la solution la plus sécurisante pour sortir sa prise — aussi bien pour le pêcheur que pour le poisson — reste l’incontournable épuisette. Elle permet d’abréger de manière considérable le combat et augmente ainsi les chances de survie du poisson. Elle permet également d’éviter de très nombreuses casses. Combien de poissons manqués par manque de cet indispensable accessoire ? En effet, la faible longueur de ligne lorsque la prise arrive fait que la moindre erreur peut provoquer une casse. Et quoi qu’on en dise, les chances de survie d’un poisson avec un leurre planté dans la gueule sont faibles. 
    
Privilégiez une épuisette aux mailles caoutchoutées qui enlève moins de mucus et blesse moins les poissons. Cette dernière offre également l’avantage de moins accrocher les triples — ce qui est un avantage non négligeable ! Les mailles sont ainsi préservées et les hameçons s’ôtent très facilement. Nous vous recommandons également de choisir une épuisette ayant un filet profond. Ainsi, n’hésitez pas à prendre un modèle ultra large et renforcé car comme le dit le vieil adage, « qui peut le plus peut le moins ». Ainsi, un membre de notre team utilise un modèle si profond qu’il l’utilise régulièrement pour immobiliser des pélagiques jusqu’à prés de 40 kg ! 

Prise en direct d’un bar de 7 kg dans une épuisette XXL aux mailles caoutchoutées !  1/2 Prise en direct d’un bar de 7 kg dans une épuisette XXL aux mailles caoutchoutées ! 1/2 Prise en direct d’un bar de 7 kg dans une épuisette XXL aux mailles caoutchoutées !  2/2 Prise en direct d’un bar de 7 kg dans une épuisette XXL aux mailles caoutchoutées ! 2/2 En prenant soin de bien le manipuler, ce bar exceptionnel peut repartir avec de grandes chances de survie En prenant soin de bien le manipuler, ce bar exceptionnel peut repartir avec de grandes chances de survie Une bonne épuisette en maille caoutchoutée écourte le combat et permet une meilleure relâche Une bonne épuisette en maille caoutchoutée écourte le combat et permet une meilleure relâche Une épuisette large abrège le combat et permet de sortir de très beaux poissons rapidement Une épuisette large abrège le combat et permet de sortir de très beaux poissons rapidement

3

Le combat avec un thon doit être le plus court possible pour une bonne relâche

Le lasso à thon

Dans le cas de la recherche du thon en no kill, nous vous conseillons également de posséder à bord un lasso à thon. Nous avons ainsi beaucoup apprécié le modèle proposé par Amiaud qui est bien conçu, robuste et très économique.

Cet accessoire remplace très efficacement la gaffe et permet surtout de pouvoir immobiliser efficacement des poissons de grande taille sans les blesser.
D'autres alternatives séduisantes :

Conseil du team :

Concernant le thon, seuls les pêcheurs en possession d’une bague pourront monter le poisson sur le bateau pour mesure. Si vous n’en possédez pas, une excellente solution pour enlever le leurre proprement est d’immobiliser votre prise sur le coté du bateau (ex : lasso) puis d’utiliser une longue pince dégorgeoir pour enlever l’hameçon alors que le poisson est encore dans l’eau. Le taux de survie est alors bien plus élevé que si vous l’aviez monté au bateau.

Il est possible d’épuisetter soi même son poisson mais c’est plus délicat. Le plus simple est qu’une tierce personne effectue cette opération. L’épuisette doit être positionnée devant la tête du poisson et c’est le pêcheur qui guide sa prise dans l’épuisette – non l’inverse !

Lasso à thon Gibi Lasso à thon Gibi Lasso à thon Aftco Lasso à thon Aftco

Vidéo de Dennis Verreet (WFT), relâchant un thon du bord

4

Aucune description

« Droper » le poisson

Pour les plus petits poissons, il est possible de « droper » sa prise directement sur le bateau. Cette technique rapide a été initialement créée par les compétiteurs américains avec le black bass afin de gagner de précieuses secondes dans les compétitions. Dans un seul mouvement sans à-coups, le poisson est soulevé à la canne puis posé dans le bateau. Cette opération nécessite néanmoins quelques précautions : 

  • La prise doit être assez légère pour être « dropée »
  • Votre bas de ligne doit être suffisamment résistant pour supporter le poids du poisson. Ce type de manipulation ne sera pas effectué en pêchant avec une ligne fine.
  • Votre canne doit être suffisamment raide pour pouvoir supporter le poids du poisson. Evitez absolument de droper un poisson avec une canne trop light ou à l’action trop parabolique.
  • Veillez absolument à ce que la canne ne présente pas une courbure inadéquate, ce qui pourrait entrainer la casse. La canne doit être tenue le plus possible à l’horizontale et ne doit pas être levée trop haut - le scion trop sollicité pouvant casser. Le poisson n’est pas ramené à soi mais juste déposé sous la canne. 

A l’usage, cette opération sera surtout réservée à des pêcheurs avertis et expérimentés pour la prise de petits poissons qu’ils souhaitent rapidement libérer. Nous recommandons plutôt l’usage de l’épuisette qui est bien plus sécurisante. Notez également que poser le poisson au sol n’est pas conseillé car cela lui enlève du mucus. 

Projeté la tête par l’avant, les pélagiques comme cette pélamide repartent bien ! Projeté la tête par l’avant, les pélagiques comme cette pélamide repartent bien !

Suite du dossier :

© Top Fishing, T: 04 42 10 93 20 - Les Terrasses du Port - 13960 Sausset-les-Pins (France) - N°Siret : 40210676900010