Calamars à la traîne

La pêche du calamar à la traine est une des techniques les plus populaires et certainement une des plus simples pour toucher ce céphalopode. Il suffit pour cela de savoir quand et comment la pratiquer et d’avoir les bonnes turluttes à bavette. Revue de détail d’une pêche facile et productive.

Dernière mise à jour le mercredi 30 octobre 2013

1

Les bonnes périodes

Les calamars blancs ainsi que les calamars rouges qui sont généralement plus gros se rapprochent de plus en plus des côtes à mesure que l’hiver s’installe. Vivant habituellement à de grandes profondeurs, cette migration s’effectue à la faveur de l’obscurité. Ainsi, de nuit, il est possible de les toucher régulièrement à la côte dès octobre / novembre. Du crépuscule à l’aurore, ces céphalopodes rentrent en activité et, grâce à leur parfaite vision nocturne, ils chassent en bancs les petits poissons qui deviennent alors des proies faciles. C’est à ce moment que leur pêche à la traîne est possible. Dans certains endroits où le plateau continental s’avance loin en mer, ne leur laissant pas la possibilité de repartir dans les profondeurs, il est même possible de les capturer en pleine journée.

2

Equipement

La mise en pratique de cette technique est très simple. Une canne à lancer « classique » d’une puissance de 12 à 20 lb avec un moulinet taille 3000/4000 suffira amplement pour ces prises de taille relativement modestes. Privilégiez du nylon pour votre corps de ligne plutôt que de la tresse car celle-ci n’ayant aucune élasticité, les décrochés avec les fragiles tentacules des calamars sont plus fréquents. Votre ligne d’un diamètre de 30 /100 sera relié à un bas de ligne en fluorocarbone (plus résistant à l’abrasion) d’un diamètre de 25 à 30 /100. Nous vous conseillons d’utiliser au bout de votre montage une agrafe qui permettra de changer facilement de taille ou de couleur de leurre. Celle-ci offre aussi l’avantage de laisser une grande liberté de nage à vos turluttes nageuses, ce qui est indispensable à leur bon fonctionnement. 

3

La bonne profondeur

Les calamars peuvent se rechercher très près des côtes. Ils peuvent d’ailleurs se situer très près du rivage, comme par exemple près des ports où les lumières attirent les petits poissons.

Il faudra néanmoins les trouver aux bonnes profondeurs. Un bon sondeur sera une aide précieuse. Mais si vous n’en possédez pas, sachez qu’en traîne côtière (c'est-à-dire dans 10 à 20 m de fond), faire nager vos leurres dans une profondeur de 5/6 m est un bon compromis. Les turluttes ne plongeant que d’un ou deux mètres grâce à leur bavette, il existe plusieurs astuces pour les faire nager plus profondément. La plus simple est d’attacher un plomb de 30 à 60 gr (selon les courants) avec un élastique directement sur votre ligne. Placez le 10 m environ devant votre leurre afin de ne pas perturber sa nage. L’inconvénient de cette technique est que le « combat » est moins direct et qu’il faut à chaque fois se saisir de la ligne pour casser l’élastique, ce qui peut provoquer des décrochés à cause des piques sans ardillons de vos leurres.

Une bonne solution est d’utiliser un plongeur de ligne Kristal Fishing. Plongeant jusqu’à 10 /15 m de fond selon votre vitesse, son utilisation est très simple. Il remonte automatiquement à la touche, offrant alors moins de résistance contrairement à d’autres plongeurs de lignes. Il peut être couplé avec une petite lampe de fond au pouvoir attractif et il existe même une version transparente pour une plus grande discrétion. Il pourra enfin être utilisé comme un downriggger pour la recherche des gros calamars rouges ou d’autres prédateurs. Une innovation Kristal Fishing qui vous étonnera par sa simplicité d’utilisation !

Astuce :

Réglez votre frein de façon à ce que celui-ci laisse partir du fil dés la touche. Les tentacules étant fragiles, cela évitera que les piques du panier ne les déchirent. Pour les mêmes raisons, ramenez votre prise doucement et sans à coups en maintenant toujours la même pression et en conservant une puissance de freinage modérée. Vous limiterez ainsi les décrochages si nombreux dans ce type de pêche.

4

Les turluttes à bavette

Comme des poissons nageurs dont ils reprennent la forme générale, ces leurres sont équipés en queue d’un « panier » dont les piques multiples permettant une bonne accroche des tentacules. Leur bavette les font vibrer latéralement en émettant des ondes attractives durant leur nage. Ces turluttes à bavette seront trainées lentement à une vitesse d’environ 2 nœuds, vitesse à laquelle elles nagent alors de manière optimale. Elles seront placées derrière le bateau à une distance d’environ 30 m, sachant qu’il est complexe de mettre plus de deux cannes en traîne sans risque d’emmêlement. Si ces turluttes peuvent se placer seules en terminal de votre ligne, une astuce consiste à les faire précéder de petites turluttes type bubblin ou ultra DX Yo zuri mis sur de courtes potences sur le bas de ligne. Une astuce qui multipliera vos chances de capture !

5

Le choix des turluttes :

1 : CRYSTAL MINNOW EGI,  CEPHALOPODES ET POISSONS : LE LEURRE DEUX EN UN !

Nombre de pêcheurs ont eu des attaques de poissons sur leurs turluttes. Inversement, il est fréquent de toucher des céphalopodes sur des minnows. Dans les deux cas, les armements spécifiques de ces leurres dédiés à chacune de ces espèces font que les ratés sont inévitables. C’est en partant de ce constat que YO-ZURI a crée le Crystal Minnow egi !

Avec le corps du renommé Crystal Minnow, ce leurre est le premier à offrir ce double emploi. En effet, son double armement constitué d'un panier de queue et d'un triple ventral permet de rechercher dans le même temps les céphalopodes (calamars, seiches) et les poissons prédateurs. Une véritable révolution ! Coulant, il ne « décrochera » pas et se maintiendra aux bonnes profondeurs. Grace au puissant débattement latéral crée par sa bavette, le leurre produira une nage très réaliste même aux plus faibles vitesses de traine.

Prédateurs à écailles ou à tentacules : attrapez les tous !

2 : PRINCESS CALAMARI YAMASHITA

Superbe turlutte à bavette de la célèbre marque Yamashita. L’équilibrage est parfait  et l’action de nage a été développée pour correspondre à la pêche spécifique des calamars. La double couronne est très résistante et offre un piquant remarquable. Les finitions du revêtement sont très qualitatives et les reflets holographiques ultra attractifs attirent les calamars de très loin. Un modèle très efficace sur les calamars en traine lente.

Voir la fiche produit

  • 110 mm : 10,5 g (voir la fiche produit)
  • 130 mm : 19 g (voir la fiche produit)

3 : TROLLING FULL FLASH et TROLLING MIX GLAVOC DTD

Une turlutte à bavette de grande qualité et à la conception innovante !  Le double panier robuste en inox et l’anneau de tête renforcé vous garantiront une parfaite solidité même face aux plus gros calamars. Les stries longitudinales de sa robe sont reconnues pour leur grande attractivité sur les céphalopodes. Le revêtement est très lumineux et d’une grande phosphorescence. Il  est constitué d’un tissu souple favorisant l’accroche des tentacules  et imitant avec un grand réalisme le relief des écailles. Les yeux rouges fluo constituent enfin un signal sang très attractif sur les calamars.

6

Calamars : tant de raisons de le pêcher !

Les calamars sont abondants et faciles à prendre avec cette technique. Les stocks se reconstituant à une grande fréquence, cette espèce peut être conservée pour le plus grand plaisir du palais. Mais les pêcheurs avertis savent aussi qu’il constitue un des meilleurs vifs qui existe pour les plus grands prédateurs que l’on pourra rechercher à l’aide d’un Downrigger Kristal Fishing.

Même les pêcheurs à soutenir ou ceux pratiquant le surfcasting y trouveront un appât de choix pour un grand nombre de poissons. En somme, le calamar est aussi bon à déguster qu’il s’avère redoutable en vif ou encore sur un hameçon… Autant de bonnes raisons pour aller les rechercher à la traine ! 

© Top Fishing, T: 04 42 10 93 20 - Les Terrasses du Port - 13960 Sausset-les-Pins (France) - N°Siret : 40210676900010