Initiation au Bay Jigging pour un de nos clients

Laurent Chapot est un des clients réguliers de notre magasin TOP FISHING à Sausset les pins. Pêcheur passionné qui est toujours à la recherche de nouvelles pêches encore plus fines, il nous a demandé des conseils concernant une variante encore peu connue du jigging : Le Bay Jigging.

Dernière mise à jour le jeudi 08 août 2013

1

L’équipe TOP FISHING : 100 % CONSEILS 

Avant de se plonger dans le choix du matériel, nous lui expliquons l’histoire de cette technique. Ce mode de pêche venu du japon a été inventé il y a quelques années par M. IZUMI dans la baie d'Ozaka, plus spécialement à Kobé. Les faibles fonds (moins de 50 m en moyenne) et la pression de pêche rendaient les poissons difficiles à prendre avec des techniques lourdes type jigging classique. Le Bay jigging vise des espèces comme les dentis, pagres, chapons et sérioles et consiste à pêcher avec des ensembles castings spécifiques en utilisant des leurres à jupes type madai jigs et inchikus ou même avec des jigs légers. 

Nous le guidons sur le choix du matériel en lui expliquant les spécificités des cannes et des moulinets à utiliser. Les lignes utilisées étant très fines par rapport à la puissance des poissons recherchés (16 à 30 lb !), le matériel doit correspondre à un cahier des charges spécifique. Concernant l’ensemble canne / moulinet, nous lui conseillons donc: 

  • La SALTIGA BAY JIGGING DAIWA :
    Cette canne casting correspond parfaitement à cette technique. Très légère (170 g !) elle possède une action douce en pointe pour une nage plus souple et donc plus naturelle des leurres à jupe. Elle est de même dotée d’une très grande progressivité afin d’absorber la puissance du poisson sur les lignes les plus fines.  Elle a enfin assez de réserve de puissance au talon pour pouvoir combattre sereinement de beaux poissons comme par exemple un denti ou un beau pagre. 
  • Le RYOGA BAY JIGGING 20 25 DAIWA :
    Avec ses 340 gr à peine, ce moulinet casting encaisse un frein jusqu’à 10 kg et accepte 250 m de 20 lb. De quoi discuter avec de très beaux poissons ! La récupération de 87 cm par tour de manivelle est adaptée aux pêches verticales profondes. En aluminium monobloc, il est entièrement traité mer et s’avère d’une solidité sans faille. Du très haut de gamme !

L’ensemble est magnifique et parfaitement équilibré. Laurent Chapot est impressionné par la légèreté de son nouvel ensemble (510 gr à peine, soit la moitié du poids d’un ensemble 50 lb !) Au fil de la discussion, alors qu’il nous pose des questions sur les maniements, nous lui proposons de l’accompagner lors de sa prochaine sortie afin de lui montrer plus précisément cette technique. Un de nos spécialistes pouvant se libérer le week end suivant, le rendez-vous est pris ! 

2

Initiation à l’inchiku avec Laurent Chapot

Alors que nous embarquons, le mistral commence déjà à souffler. Alors que nous arrivons sur zone, la dérive est assez importante. Nous lui expliquons que les conditions sont parfaites pour l’usage de l’inchiku. Il s’agit en effet d’un leurre de prospection horizontale. Contrairement au madai jig, son profil lui permet de planer dans les couches d'eau. Il est en fait censé représenter un petit calamar. L'angle du fil par rapport à la canne pourra être ainsi plus "ouvert". Il est ainsi parfait à utiliser lorsque les dérives sont trop fortes pour l'utilisation d'un madai (ex : plus de 2 nœuds). C'est même ainsi qu'il est le plus efficace !

Lors d'une forte dérive, il est nécessaire de relâcher du fil de temps afin de rester en contact avec le fond. Au bout d'un moment, lorsque vous avez trop de fil dehors, le leurre est trop loin et l'angle est trop ouvert: vous trainez votre leurre en pleine eau et il est nécessaire de le ramener jusqu'au bateau pour le relancer. La solution est alors en fin d'animation de le récupérer par shorts ou long jerks afin d'intéresser les pélagiques de passage.

C’est d’ailleurs ainsi que Laurent intéressera une petite sériole. Le poisson n’est pas gros mais c’est la première de son espèce qu’il prend depuis qu’il débute en Méditerranée, qui plus est avec ce nouvel ensemble. Le poisson est relâché après quelques photos pour aller grandir. Après juste quelques descentes, il enchaine sur un pageot bien combatif qui touche son inchiku en  pleine eau sur une animation « musclée » en long jerks. Le leurre est encore le Pirate Daiwa en couleur dorée que nous lui avions conseillé.  –« Cet inchiku est en passe de devenir mon préféré » plaisante t'il ! Alors que nous effectuons une dernière dérive, la canne de Laurent plie exagérément. Accroche ? Les coups de tête annoncent en fait un très sérieux client qui casse la ligne sur un seul rush nerveux. Peu habitué aux moulinets castings, Laurent a serré son frein au maximum. Vraiment dommage car le poisson était beau. Mais ca fait partie de l’apprentissage !

Sériole en Bay Jigging Sériole en Bay Jigging

3

Maniement du madai jig

La journée avançant, le vent se clame et les dérives deviennent faibles. Les conditions idéales pour pêcher au madai-jig. Nous lui montrons que ce leurre se manie essentiellement à la verticale. L'angle du fil par rapport à la canne doit se rapprocher le plus possible de 45 °. Au besoin, il faut augmenter le poids du leurre si la dérive ou les courants sont plus forts. Le moindre angle dans votre fil fait que vous traineriez le leurre sur le fond sans l'amplitude de mouvements verticaux souhaités. Votre leurre est alors moins attractif et surtout vous multipliez les risques d'accrocher en trainant au ras du fond parmi les roches! Le maniement consiste à « taper le fond » soit avec la seule canne sans récupération ou au contraire par une succession de remontées et de relâchés avec le seul moulinet. Après avoir touché le fond, il suffit de faire sautiller le leurre avec une amplitude plus ou moins forte (50 cm à plus de 2 m). il ne faut pas hésiter à varier les animations: stop and go, tremblements, accélérations. On rebondit de roches en roches par petits sauts doux et coulés. 

Laurent est impressionné par le nombre de touches. Les premiers poissons manqués, nous lui indiquons qu’il faut ferrer à la japonaise pour compenser l’élasticité de la canne. A son grand étonnement, il enchaine alors les serrans qui n’hésitent pas à s’attaquer à son SALTY RUBBER DUEL 60 g. Un modèle que nous lui avions chaudement conseillé pour ses résultats très réguliers. Il en a déjà pris plus d’une dizaine lorsque la canne plie sous son dernier ferrage. Un beau sar ! Les sparidés sont en effet très friands de ce type de leurre. 

Alors que nous revenons au port, Laurent nous signale combien il est étonné par la diversité des espèces que l’on peut toucher en Bay jigging. Il pêchait auparavant en Atlantique et le seul poisson visé était le bar. - « Même si ces premiers poissons ne sont pas gros, l’important est de savoir que ces techniques marchent et permettent de toucher un grand nombre d’espèces » nous confie-t’il. 

Nous revoyons souvent Laurent en magasin, toujours avide d’informations. Comme quoi le plus important dans notre métier est de savoir que de bons conseils sur des techniques que nos clients ne connaissent pas, c’est l’assurance de leur apporter des moments de plaisir. Car après tout,  la pêche, n’est-ce pas avant tout du bonheur ?

4

DEUX FACONS D’ANIMER L’INCHIKU

  • Nage "horizontale" : 
    Il suffit de le guider lors de la dérive en tentant d'épouser le relief sous-marin et en reprenant de temps en temps le contact avec le fond. Seules quelques tirées donneront vie à l'inchiku. 
  • Nage ascensionnelle en shorts ou long jerks :
    Afin d'intéresser les pélagiques nageant en pleine eau comme les sérioles ou sabres, on peut récupérer l'inchiku par tirées successives. 

Shorts jerks : tirées courtes successives avec une récupération de 1/4 à 1/2 tours de manivelle par tirée.

Long jerks : tirées longues successives avec une récupération d'1 tour de manivelle ou plus.

5

 

MANIEMENT DU MADAI JIG :

Pêche verticale consistant à donner un mouvement de descentes et de remontées (50 cm à 2 m) le plus près possible du fond.

© Top Fishing, T: 04 42 10 93 20 - Les Terrasses du Port - 13960 Sausset-les-Pins (France) - N°Siret : 40210676900010

>